La Ligue nationale de hockey passe à la langue française

La mémoire de Maurice « Rocket » Richard peut rester bien en paix! La Ligue nationale de hockey (LNH) vient de dévoiler, enfin diront certains, la version française de son site Internet LNH.com.

Quand j’ai appris la nouvelle, je me suis dit : « La LNH a finalement compris que les équipes canadiennes dans ses rangs avaient des milliers de partisans francophones et qu’il était grand temps de leur offrir un produit dans leur langue. »

Mais non! La LNH a présenté la version française de son site Internet en même temps que les versions tchèques, finlandaises, allemandes, russes, slovaques et suédoises… Il semble que le français n’était pas l’unique priorité linguistique des dirigeants de la ligue dans leur stratégie promotionnelle.

Malgré tout, je salue le geste de la LNH. Le résultat de leur nouveau site Internet en français est impressionnant.

Le français en vedette

C’est un fait : il y a de moins en moins de joueurs francophones dans la LNH. Pourtant, ceux qui y jouent se démarquent. Dans son nouveau site, la LNH met en vedette les grands noms francophones qui brillent actuellement sur les différentes patinoires du Canada et des États-Unis. On peut penser notamment à Martin St-Louis du Lightening de Tampa Bay, natif de Laval au Québec, ou à Claude Giroux des Flyers de Philadelphie, natif de Hearst en Ontario.

De plus, il est maintenant possible d’entendre les joueurs et les entraîneurs francophones s’exprimer dans leur langue maternelle lors de la présentation d’extraits vidéo.

Le contenu du nouveau site Internet LNH.com sera produit par une équipe de journalistes francophones du pays, formée notamment de François Lemenu, Martin Leclerc et Richard Milo.

Les temps changent…

Le lancement de LNH.com en français survient 56 ans après l’émeute du Forum de Montréal. À l’époque, des partisans des Canadiens de Montréal avaient montré leur désaccord par rapport à la décision du président de la LNH, Clarence Campbell, de suspendre leur idole Maurice Richard. Cette émeute, qui avait des prétextes purement sportifs au départ, est devenue, selon plusieurs, un conflit linguistique entre francophones et anglophones.

Voici un reportage télé diffusé à l’époque par Radio-Canada qui raconte l’émeute de 1955.

Je me demande ce que Maurice Richard penserait de toute cette histoire aujourd’hui…

Philippe Daoust