2012 : Passion commune et respect mutuel

Si l’on se fie à l’actualité des dernières semaines de 2011, on peut croire sans trop se tromper que l’année 2012 nous réserve encore quelques sujets chauds concernant la Francophonie. Depuis la création de ce blogue, de nombreux dossiers ont surgi dans les médias. Ces derniers mettent en lumière l’importance que joue la langue française ici et ailleurs dans le monde. Je vous propose une courte rétrospective des sujets de 2011 qui devraient encore faire jaser en ce début de nouvelle année.

Sport

Le hockey, notre sport national, n’a pas besoin d’enjeux reliés à la francophonie pour faire les manchettes. Pourtant, en 2012, je fais le pari que la nomination d’un entraîneur unilingue anglais à la tête des Canadiens de Montréal continuera de noircir des pages et d’alimenter en commentaires de toutes sortes les lignes ouvertes à travers le pays, surtout si l’équipe continue à offrir de piètres performances.

Pour ma part, je crois que si les joueurs continuent à perdre de la sorte, la question de la langue utilisée par Randy Conneyworth ne se posera plus, du moins, jusqu’à la nomination de son remplaçant. Est-ce que le prochain entraîneur du CH devra avant tout parler français ou trouver le moyen de rendre son équipe compétitive? Je choisis les deux, pourquoi pas? Il faut que la direction de l’équipe trouve la perle rare. Cette équipe doit retrouver sa fierté. Est-ce que ce sera en 2012? En tant que partisan, je me croise les doigts…

Politique, affaires et économie

Le dossier de l’utilisation du français au Québec continuera d’alimenter les médias couvrant les débats politiques et débordera certainement du cadre provincial pour trouver des répercussions ailleurs au Canada.

Sur le plan économique, on suivra le mouvement linguistique des dirigeants d’entreprises ou de sociétés d’État à Toronto comme à Montréal. On pourra peut-être profiter des 51 prochaines semaines pour tenter de comprendre l’avantage de maîtriser deux langues pour devenir de véritables chefs de file du monde des affaires au pays.

Culture

Enfin, c’est probablement les artistes qui feront consensus en 2012 sur la scène linguistique. Tous les débats sur la place du français dans les mondes du sport, de la politique ou des affaires sont inévitables et je suis d’avis que c’est en discutant qu’on peut faire avancer les choses. Par contre, il est bien de se rappeler que tout n’est pas négatif dans la Francophonie canadienne et qu’il y a des milliers de Francophones à travers le pays qui se dévouent à partager leur fierté de vivre en français.

Au cours des prochaines semaines, nous aurons l’occasion de mettre la table en vue des Rendez-vous de la Francophonie 2012 qui débuteront le 9 mars sous le thème « S’enrichir pour bâtir ». Des milliers d’activités rassembleront toutes les cultures du pays pour faire rayonner la langue française sans grand débat politique ni coupe Stanley, mais avec une passion commune et un respect mutuel.

Bonne Année à tous!

Philippe Daoust