Coup de chapeau aux professeurs de langues secondes!

Nous avons tous déjà rencontré des personnes inspirantes qui ont un impact significatif sur notre existence. Parmi celles-ci, les professeurs des écoles primaires et secondaires jouent un rôle déterminant dans nos vies. Regroupant 4200 membres à travers le pays, l’Association canadienne des professeurs de langues secondes (ACPLS) participe à enrichir la communauté. Je me suis entretenu avec son directeur général, Guy Leclair, qui nous informe ici de l’indispensable rôle des membres de l’ACPLS.

Bien que 80 % des professeurs membres de l’association enseignent le français, l’ACPLS représente également les professeurs d’anglais 18 % et d’autres langues comme l’espagnol, l’allemand ou le japonais. L’ACPLS offre à ses membres des services de formation continue, développe des ressources pédagogiques, effectue des recherches dans le domaine de l’enseignement et participe à des activités d’information ou de sensibilisation.

Identité collective

Selon M. Leclair, la maîtrise d’une langue seconde fait partie de notre identité collective canadienne et il est indispensable de poursuivre l’enseignement. « J’appuie et je fais la promotion de l’apprentissage non seulement du français et de l’anglais, mais aussi d’autres langues, indique-t-il. Je pense qu’un pays sera toujours plus riche de cette façon. » Je suis du même avis! La maîtrise de plusieurs langues est une richesse indéniable. De plus, au pays, les Francophones et les Anglophones ont une chance immense de pouvoir se côtoyer.

Fonctionnant grâce au support de Patrimoine Canada, des contributions de ses membres et d’autres subventions, l’ACPLS emploi annuellement cinq personnes. Ses bureaux sont situés au cœur de la capitale nationale canadienne, à Ottawa, l’endroit idéal pour conjuguer les langues.

Supportons nos professeurs!

« Au Canada, comme l’éducation est la responsabilité des provinces, en tant qu’organisme national, nous voulons établir des fonctionnements communs qui permettent d’aider l’ensemble des professeurs, explique M. Leclair. Nous encourageons les commissions scolaires, les conseils scolaires et les gouvernements des provinces et des territoires à bien appuyer les professeurs de langue seconde. »

Les membres de l’ACPLS se réuniront à Winnipeg, en avril 2013, dans le cadre du congrès biennal de l’association. « Nous prévoyons rassembler au-delà de 500 professeurs qui viendront apprendre sur le métier et se former par l’entremise de plusieurs ateliers », annonce le directeur général.

M. Leclair tient à souligner le travail énorme et la contribution importante des professeurs de langues secondes à la société canadienne. Je me joins à lui pour féliciter l’ensemble des professeurs du pays. Il n’est pas toujours facile d’apprendre une autre langue, mais lorsque l’on peut compter sur des professeurs passionnés (et patients), la tâche devient soudainement moins ardue.

Philippe Daoust