L’a b c du cannabis : la fleur ou le « pot »?

Le cannabis est légalisé aujourd’hui de Victoria à Charlottetown. Tous les adultes – amateurs de marijuana – peuvent désormais consommer du « pot » dans toutes les provinces et dans tous les territoires de notre grand pays. Avant de perdre notre latin, voici quelques définitions générales qui nous aideront à mieux comprendre cette plante et ses produits dérivés.

Cannabis

Le mot « cannabis » est le terme scientifique (et latin) de la plante nommée « chanvre ». Il n’y a que le dictionnaire Larousse qui indique que ce mot désigne aussi le stupéfiant dérivé.

-Antidote : Chanvre indien.

-Le Petit Robert : Chanvre indien cultivé pour la production de stupéfiant.

-Larousse : Drogue dérivée du chanvre indien, telle que le haschisch ou la marijuana, consommée pour ses propriétés psychotropes.

Marijuana

Si le cannabis renvoie principalement à la plante, le terme « marijuana » (ou marihuana) désigne plutôt la drogue qu’elle produit.

-Antidote : Stupéfiant composé de feuilles et de fleurs séchées de chanvre indien que l’on fume.

-Le Petit Robert : Drogue faite des feuilles et des tiges du chanvre indien, séchées et hachées.

-Larousse : Substance produite, principalement au niveau des inflorescences femelles, par une variété de chanvre originaire de l'Inde et utilisée comme drogue.

« Pot »

Prononcé à l’anglaise, le mot « pot » est largement répandu dans la population pour désigner la drogue verte issue du cannabis. Il ne se retrouve donc pas dans les outils de référence consultés. Allons-y alors avec notre propre définition!

-Le mot le plus populaire pour parler de la drogue de cannabis serait un diminutif du mot espagnol (mexicain) « potiguaya » qui signifie « feuilles de cannabis ».

Herbe ou weed?

La langue française est si riche, sans même avoir à fumer quoi que ce soit pour l’embellir. Pourquoi utiliser le terme « weed » alors que notre herbe est si belle? La question est même lancée à notre gouvernement fédéral qui a déjà adopté ce mot anglais pour son site Web officiel… Il y a de quoi s’étouffer, non?

THC

Nous n’aimons pas toujours les acronymes, mais dans le cas du tétrahydrocannabinol, ce constituant chimique du cannabis responsable des effets psychotropes, nous adoptons les trois lettres sans hésiter.

Cocotte, joint, pétard, etc.

Le vocabulaire entourant la consommation de cette drogue légalisée est aussi vaste que précis. Produits dérivés, façons de consommer (fumer, cuisiner, avaler, etc.) ouvrent la voie à de nombreuses expressions qui, depuis le 17 octobre 2018, peuvent poursuivre leur envol en toute impunité…

En terminant, rappelons-nous que peu importe les mots que nous employons, le plus important à retenir est sans contredit « modération ».

Philippe Daoust