De nouveaux mots de chez nous dans les dictionnaires français en 2020

Notre société évolue à un rythme fou. Notre quotidien est influencé sans relâche par les nouvelles technologies et nous nous adaptons tant bien que mal. Notre langue française doit, elle aussi, suivre nos nouvelles façons de vivre, de communiquer ou d’utiliser des objets.

Ainsi, comme à toutes les éditions annuelles, les grands dictionnaires Larousse et Robert ajoutent des centaines de mots à leur édition 2020. Plusieurs mots neufs y font leur apparition et certains proviennent de chez nous!

D’abord, chez Larousse, on s’inspire de la réalité francophone du Canada et de sa majorité linguistique québécoise pour ajouter les mots suivants :

  • Divulgâcher : Révéler prématurément un élément clé de l’intrigue d’une œuvre de fiction.

-Il était temps d’officialiser ce bel équivalent à l’anglicisme « spoiler »!

  • Nounoune : Personne un peu niaise; nunuche. Poser des questions nounounes. Quelle nounoune, cette actrice!

-Est-ce qu’une nounoune est plus nounoune qu’une niaiseuse? Le débat est lancé!

  • Emportiérage : Action de percuter un cycliste en ouvrant sans précaution sa portière d’automobile.

-Amis cyclistes, ne vous emportez pas trop et évitez les emportiérages!

Puis, chez Robert, on s’inspire de la francophonie canadienne et québécoise pour imprimer, entre autres, ces nouvelles entrées dans l’édition 2020 du dictionnaire :

  • Enfirouaper : Tromper, duper, entuber.

-La conjugaison de ce nouveau verbe vous enfirouapera-t-elle?

  • Niaisage : Perdre son temps à des futilités.

-Sans commentaire! Trêve de niaisage…

  • Jarnigoine : Intelligence, jugement, bon sens.

-Celui-là, c’est mon préféré!

Des dizaines d’autres mots feront leur apparition dans les dictionnaires en 2020. La technologie (ex. : ubériser) et l’environnement (ex. : bioplastique) y seront bien représentés.

Nous remarquerons aussi plusieurs emprunts à d’autres langues, comme l’anglais. Par exemple, les mots coworking (partager un espace de travail), scroller (faire défiler un document avec la souris) et jober (occuper un emploi occasionnel) seront désormais acceptés.

Philippe Daoust

Plus d’informations :