La radio communautaire francophone : un phare dans la nuit des milieux minoritaires

Comment est-ce qu’un francophone à Régina en Saskatchewan peut se tenir informé en français? Et celui vivant à Kapuskasing en Ontario ou à Halifax en Nouvelle-Écosse alors que la majorité de la population est anglophone? C’est ici que la radio de proximité joue un rôle important pour ces personnes.

L'accès à l'information en français

Il y a de nombreuses façons de s’informer de nos jours. Avec l’arrivée d’internet, l’information est au bout de nos doigts et l’effort pour y accéder est minime. Toutefois, il faut savoir trier le bon grain du mauvais et la tâche peut être ardue. De plus, il est bien de savoir ce qui concerne  notre réalité plutôt que celle d’une personne à l’autre bout du monde. Bien que nous voulons savoir ce qu’il se passe ailleurs, nous voulons d’abord savoir la situation dans notre communauté. Et tout ce contenu n’est pas toujours disponible en français. Dans les milieux majoritairement anglophones, le service francophone peut être plus limité, mais il existe. Et dans des temps comme nous vivons depuis les dernières semaines, il est encore plus important d’avoir ces services. Heureusement, des radios communautaires francophones offrent cette possibilité à travers le pays.

Le Québec déborde de radios francophones, mais qu’en est-il des communautés à l’extérieur de cette province? Près d’une trentaine de radios communautaires s’affairent à répondre à ce besoin. Parfois avec un seul ou une dizaine d’employés, ces équipes sont une ressource et parfois la seule pour des Franco-Canadiens. Autant d’un point de vue informatif que pour du divertissement.

S'informer en milieu minoritaire

Imaginons-nous un instant, seul au milieu d’une population qui ne parle aucunement notre langue et dont nous ne parlons pas plus la leur. Et tout ce qui nous entoure ne nous correspond pas, nous est étranger. Et imaginons que cette situation est en temps de crise. Puis enfin, ce moment où nous croisons une personne qui parle notre langue et nous comprend, nous allons fort probablement en être très heureux. C’est un peu la situation dans les communautés de minorité francophone, et la radio devient cette personne, cette seule référence pour eux. Avec l’arrêt des activités culturelles et des autres activités d’organismes en français, le rôle des radios de proximité a décuplé. La preuve, selon Statsradio qui a comptabilisé les résultats de 31 stations au Canada, le nombre d’auditeurs moyen a augmenté de 16% par semaine depuis le début de la crise.

La présence de ces radios communautaires francophones partout au Canada est un phare dans la nuit pour plusieurs Franco-Canadiens. Leur existence était mise à rude épreuve avant même le début de la crise, et l’est encore aujourd’hui. Toutefois, le pouvoir du média de l’immédiat leur accorde une plus grande importance auprès de la population en offrant une proximité auprès d’elle, qui ne pourrait pas se faire autrement.

Saluons le travail de ces personnes derrière le micro et dans les studios qui tiennent informés et divertissent les gens de leur communauté francophone!

Vanessa Lisabelle, blogueuse

Photo: Will Francis - Unsplash