Être un nouvel arrivant dans une classe de français l’instant d’un long-métrage

Comment se vit l’arrivée d’un immigrant qui ne parle pas français? Comment apprend-il cette langue qui selon plusieurs est plutôt complexe avec ses nombreuses règles? On se plonge dans cet univers qui est vécu par plusieurs arrivants au Canada grâce au long-métrage documentaire La langue est donc une histoire d’amour.

Le film de l’Argentin d’origine Andrès Livov nous permet de nous immiscer dans la classe de Madame Loiseau. Celle-ci enseigne le français au Centre William-Hingston à Montréal où des cours pour les immigrants sont offerts. Ainsi, cette enseignante accueille des gens de toutes langues, toutes origines et qui pour la plupart ne parle pas un mot de français. Certains font même face à un tout autre défi en étant illettrés. Ils arrivent du Vietnam, de Tunisie, du Mexique pour fuir la guerre, repartir à zéro et surtout vivre une meilleure vie. Des plus vieux comme des plus jeunes adultes qui ne se connaissent pas au début, apprennent à se connaître en partageant une même nouvelle langue, tout cela grâce aux apprentissages de Madame Loiseau.

La langue de l'amour

Pour enseigner la langue de Molière, cette classe se penche sur la lecture de textes portant sur l’amour. L’actualité y est aussi traitée, comme la culture et les traditions de leur nouveau pays d’accueil. Les échanges se font dans le respect, peu importe la provenance de chacun. Une petite communauté se forme dans cette classe qui donne l’occasion précieuse pour ces arrivants de créer leurs premiers liens ici.

Une autre réalité

Comme spectateur de ce long-métrage, nous vivons les joies et les peines de ces étudiants tout en découvrant l’histoire de chacun qui est différente de leurs voisins de classe. Un documentaire dont les opinions sont plutôt unanimes. Autant que nous apprenions la réalité de ces arrivants à apprendre le français dans un milieu qui leur est inconnu, autant la beauté des échanges nous touche droit au cœur. Mention spéciale à Madame Loiseau qui, tout en étant enseignante en premier lieu, nous donne l’impression d’être une mère bienveillante et accueillante pour ces gens.

Vanessa Lisabelle, blogueuse