215 fois de trop

J’ose croire que tous ont su pour la tragédie à Kamloops en Colombie-Britannique. 215 corps d’enfants découverts dans une fausse sur le terrain d’un ancien pensionnat autochtone. 215 enfants qui ont été retirés injustement de leurs familles, puis placés dans un établissement où de les enterrer était une solution. Malgré que ces événements remontent à plusieurs années, l’appel à la justice se fait entendre d’un bout à l’autre du pays. Si bien que des experts aux droits de l’homme estiment qu’il faudrait que la justice canadienne mène des enquêtes criminelles sur chacune des morts suspectes et allégations de torture et d’abus sexuel dans les pensionnats autochtones. Et, de traduire en justice toute personne responsable ou ayant contribué à dissimuler les faits.

J’ai lu récemment l’histoire d’un homme autochtone qui racontait son passage en pensionnat. Vous vous en douterez qu’il n’y avait rien de joyeux dans son récit. De la violence, du mépris, de l’abus, du racisme… encore plus malheureux de savoir que son histoire n’en est qu’une parmi tant d’autres. Cet homme est un survivant, alors que d’autres se sont retrouvés comme ces enfants découverts récemment, enterrés, tués, laissés pour morts. Certains qui se sont recueillis dans les derniers jours sont aussi des survivants, dont cette nouvelle a assurément ravivé de profondes blessures.

J’avais envie d’écrire ce billet parce que je ne pouvais pas passer sous silence ce qui est arrivé, contrairement à d’autres qui ont probablement quitté ce monde avec ce secret ancré dans leur mémoire, par honte ou par peur.  Il est important de connaître ce pan de notre histoire, même si moins reluisant. Les personnes autochtones font partie de l’histoire du pays, de notre culture, de notre langue, elles sont à l’origine de nos fondations.

Je vous invite à fouiller internet et y découvrir les multiples histoires partagées de survivants des pensionnats. Comme mon professeur d’histoire nous disait, c’est en apprenant notre passé qu’on peut construit un meilleur futur.

Programme de soutien en santé-résolution des questions des pensionnats indiens : 1-866-925-4419

Vanessa Lisabelle, blogueuse

Image: Bibliothèque et Archives Canada (PA-048574) Groupe d’élèves du Pensionnat indien de Brandon (Manitoba), 1946