Carmen Cotnoir : Trappeuse du Nord

Carmen Cotnoir a une passion : le trappage. Elle nous invite dans son univers. Comme les 6 000 trappeurs en Ontario, Carmen Cotnoir consacre les mois d’hiver au piégeage. Deux fois par semaine, elle va sur sa ligne de trappe pour voir ce que ses pièges lui réservent. Castor, lynx, belette, marte et autres animaux à fourrures se retrouvent dans ses pièges. Si autrefois le métier de trappeur pouvait être lucratif, il représente aujourd’hui pour Carmen une passion qui lui permet de passer ses hivers en plein air. Pour Carmen Cotnoir, le piégeage d’aujourd’hui n’a rien à voir avec les excès du passé.

TFO 24.7

Dans le cadre des Rendez-vous de la francophonie, TFO 24.7 vous présente une vingtaine de capsules qui entrent dans le quotidien de francophones à travers le Canada, et vous feront découvrir le talent et l’ambition de ceux-ci. Nous y avons aussi glissé quelques capsules sur la langue française, parce que c’est un enjeu important pour nous, une valeur fondamentale et parfois « il faut mieux en rire que d’en pleurer ».

Mots anglais imprononçables!

Même si de nombreux Franco-Canadiens parlent couramment anglais, certains mots de la langue de Shakespeare peuvent faire fourcher leurs langues et entraîner de gros maux de tête. Nous avons demandé à plusieurs francophones de prononcer des mots anglais « imprononçables ». Parviendront-ils à relever le défi? Feriez-vous mieux qu’eux? Commencez par dire « rarer » ou bien « worcestershire »!

TFO 24.7

Dans le cadre des Rendez-vous de la francophonie, TFO 24.7 vous présente une vingtaine de capsules qui entrent dans le quotidien de francophones à travers le Canada, et vous feront découvrir le talent et l’ambition de ceux-ci. Nous y avons aussi glissé quelques capsules sur la langue française, parce que c’est un enjeu important pour nous, une valeur fondamentale et parfois « il faut mieux en rire que d’en pleurer ».

Cordonnier : des souliers à réparer

«Moi, mes souliers ont beaucoup voyagé… », chantait Félix Leclerc. La cordonnerie, l’art de la réparation des chaussures, est un métier tout ce qu’il y a de plus traditionnel. Avec l’automatisation des métiers et les souliers peu chers, est-ce vraiment un bon choix de devenir cordonnier à notre époque? Parlez-en à Benjamin Lacroix, un jeune entrepreneur qui a acheté sa propre cordonnerie. Semelles, talons, lacets, aucun défi n’est trop grand pour lui, et son entreprise roule matin et soir pour offrir le meilleur service en ville.

TFO 24.7

Dans le cadre des Rendez-vous de la francophonie, TFO 24.7 vous présente une vingtaine de capsules qui entrent dans le quotidien de francophones à travers le Canada, et vous feront découvrir le talent et l’ambition de ceux-ci. Nous y avons aussi glissé quelques capsules sur la langue française, parce que c’est un enjeu important pour nous, une valeur fondamentale et parfois « il faut mieux en rire que d’en pleurer ».

Guérir du daltonisme, un mystère médical

Categories : Actualité

Une ex-daltonienne, ça existe, et l’histoire de sa guérison est étonnante! Justine Gamache-Howard, artiste métisse, est en 9e année quand elle perd mystérieusement la vue de toutes les couleurs, étant atteinte de monochromatisme, la forme la plus grave du daltonisme. Une vraie tragédie pour cette passionnée d’arts visuels qui ne distingue plus que le noir, le blanc et le gris! Après avoir songé à tout abandonner, Justine se remet à la peinture suite aux conseils d’un enseignant bien attentionné, et ses peintures se font remarquer. Quatre ans plus tard, alors qu’elle avait finalement réussi à s’adapter à la vue en noir et blanc, la vie de Justine Gamache-Howard bascule encore une fois.

TFO 24.7

Dans le cadre des Rendez-vous de la francophonie, TFO 24.7 vous présente une vingtaine de capsules qui entrent dans le quotidien de francophones à travers le Canada, et vous feront découvrir le talent et l’ambition de ceux-ci. Nous y avons aussi glissé quelques capsules sur la langue française, parce que c’est un enjeu important pour nous, une valeur fondamentale et parfois « il faut mieux en rire que d’en pleurer ».

Vivre dans le passé, apprécier le présent

En 2005, Roger Dallaire s’est procuré un bout de terre à Saint-Vincent, un petit village franco-albertain situé au nord d’Edmonton. Il a acheté la maison d´Arthur Laberge. Une demeure construite en 1914 et qui a été abandonnée dans les années 50. Il y vit sans eau courante et sans électricité. Sa ferme est un lieu où l’histoire semble s’être figée dans le temps.

Voici le portrait d’un homme qui a choisi de vivre comme au début du 20e siècle. Un artiste, un paysan, dont le quotidien ressemble à celui de ses ancêtres. Des pionniers qui sont venus de l’Est pour défricher une Alberta rude et froide, il y a plus de 100 ans.

TFO 24.7

Dans le cadre des Rendez-vous de la francophonie, TFO 24.7 vous présente une vingtaine de capsules qui entrent dans le quotidien de francophones à travers le Canada, et vous feront découvrir le talent et l’ambition de ceux-ci. Nous y avons aussi glissé quelques capsules sur la langue française, parce que c’est un enjeu important pour nous, une valeur fondamentale et parfois « il faut mieux en rire que d’en pleurer ».

L’Ontario francophone : plus rayonnant que jamais!

Marie-France Lalonde, ministre déléguée aux Affaires francophones de l’Ontario, souhaite de bons Rendez-vous de la Francophonie 2017 à toutes les Franco-Ontariennes et à tous les Franco-Ontariens!

Elle nous parle également du nouveau rôle de la province à titre de membre observateur de l’Organisation internationale de la Francophonie.

Emilie Sparx Carrey : Reine du beatbox

La Franco-Ontarienne Emilie “ Sparx “ Carrey est une véritable boîte à rythmes humaine. Elle nous partage la passion de cet art. Depuis qu’elle a découvert le beatbox, cet art qui consiste à imiter des instruments de musique, notamment des percussions, en utilisant uniquement sa voix, la jeune femme de 18 ans ne cesse pas de perfectionner son style. Grâce à ses capacités vocales, son chant a cappella donne la sensation d’entendre une polyphonie. En plus d’avoir participé à différents événements et festivals en Amérique du Nord, Emilie était la première femme à représenter le Canada au championnat du monde de beatbox à Berlin, en mai 2015.

TFO 24.7

Dans le cadre des Rendez-vous de la francophonie, TFO 24.7 vous présente une vingtaine de capsules qui entrent dans le quotidien de francophones à travers le Canada, et vous feront découvrir le talent et l’ambition de ceux-ci. Nous y avons aussi glissé quelques capsules sur la langue française, parce que c’est un enjeu important pour nous, une valeur fondamentale et parfois « il faut mieux en rire que d’en pleurer ».

Une francophonie bien vivante en Nouvelle-Écosse!

« Je vous encourage tous, Acadiens, francophones et francophiles, de tous vos horizons, tous âges et toutes confessions, à vivre ces Rendez-vous 2017 pleinement et à démontrer à tout le Canada que la francophonie de la Nouvelle-Écosse et belle. Et bien vivante! » – Michel P. Samson, ministre des Affaires acadiennes et de la Francophonie au gouvernement de la Nouvelle-Écosse.

Timo : De Radio Radio au Mad Squirrel

Timothée Richard, mieux connu sous le nom de Timo, ou encore de l’ex-membre de Radio Radio, consacre maintenant tout son temps à la confection de matériaux et objets créés à partir du cuir. Installé chez lui à Grand-Barachois, dans le Sud-Est du Nouveau-Brunswick, cet artiste est devenu, du jour au lendemain, entrepreneur à la tête de sa compagnie, Mad Squirrel. Sa spécialité est de faire le design et la confection d’accessoires en cuir destinés aux motocyclistes. Soyez témoin de son amour pour les « bikes », mais aussi de ses œuvres uniques qu’il crée pour ses clients qui se retrouvent un peu partout sur la planète!

TFO 24.7

Dans le cadre des Rendez-vous de la francophonie, TFO 24.7 vous présente une vingtaine de capsules qui entrent dans le quotidien de francophones à travers le Canada, et vous feront découvrir le talent et l’ambition de ceux-ci. Nous y avons aussi glissé quelques capsules sur la langue française, parce que c’est un enjeu important pour nous, une valeur fondamentale et parfois « il faut mieux en rire que d’en pleurer ».

Humour : Les anglicismes

Nathan Dimitroff est de retour avec une autre capsule sur notre belle langue, le français. Dans cette chronique, il nous parle d’anglicismes que l’on utilise au quotidien, sans vraiment s’en rendre compte. Pourquoi avons-nous inclus ces mots en français, pourquoi ne pas utiliser nos propres mots? Savons-nous vraiment que ces mots n’appartiennent pas à la langue française? Nathan vous fera découvrir et réaliser que plusieurs mots que nous utilisons au quotidien pourraient être remplacés par d’autres.

TFO 24.7

Dans le cadre des Rendez-vous de la francophonie, TFO 24.7 vous présente une vingtaine de capsules qui entrent dans le quotidien de francophones à travers le Canada, et vous feront découvrir le talent et l’ambition de ceux-ci. Nous y avons aussi glissé quelques capsules sur la langue française, parce que c’est un enjeu important pour nous, une valeur fondamentale et parfois « il faut mieux en rire que d’en pleurer ».